Naissance de Louis Théodore Gouvy

3 juillet 1819

Découvrir

Lorrain Mosellan, né en Sarre au confluent des nationalités et des cultures, et mort en Saxe, ce musicien francophone de double culture se reconnaissait comme français et en acquit la nationalité. D’une famille d’actifs maîtres de forges établie à Hombourg-Haut, célèbre en son temps, loué par le très exigeant Berlioz et reconnu par tous les musiciens de l’époque, il tomba dans un injuste oubli, et il fallut attendre la fin du XXe siècle et la découverte par le public de son Requiem pour que l’on exhume enfin ses partitions. Car cet admirateur entre autres de Schumann laisse une œuvre considérable et de grande qualité, avec notamment, outre de la musique religieuse et dramatique, neuf symphonies, une importante musique de chambre (dont onze quatuors à cordes), de piano et des mélodies. Un festival international et un Institut Théodore Gouvy, basés à Hombourg-Haut, s’emploient aujourd’hui à révéler et diffuser l’œuvre du musicien par des concerts et l’édition de partitions et de documents, et à susciter l’enregistrement de ses œuvres sur disques.

Crédits photos

Illustration de la plage d’accueil : Jeanne d’Arc première ouverture de concert composée par Théodore Gouvy © Gallica/BNF. 

Illustration du chapô : Photographie de Théodore Gouvy © Institut Théodore Gouvy

 

 

Gilles Cantagrel, musicologue
Retour en haut