L’attribution des JO de 1924

RETOUR AU DOSSIER

Article d’Éric Monnin, vice-président de l'université de Franche-Comté à l’Olympisme


Le Comité olympique français (COF) représenté par son Président, le Comte Justinien de Clary, adresse le 7 avril 1921 au CIO une requête officielle pour que Paris soit désigné ville hôte de la VIIIe Olympiade.

Le 2 juin 1921, à l’occasion de la 20e Session qui se tient à Lausanne dans les locaux du Casino de Montbenon, les 23 membres de 19 nations votent pour une double attribution : VIIIe Olympiade à Paris 1924 ; IXe Olympiade à Amsterdam 1928. 

Cette décision suit les recommandations de Pierre de Coubertin dans sa lettre-circulaire qu’il a adressée auparavant aux membres du CIO le 17 mars 1921 dont voici la teneur :

« Le choix de la ville à laquelle incombera la mission de les organiser (les prochains Jeux) revêt cette fois une particulière importance, du fait que la viiie Olympiade coïncidera avec le trentième anniversaire de leur rétablissement. De nombreuses et flatteuses candidatures ont été posées. Si nous soupesons les titres des cités concurrentes, le nom d’Amsterdam paraît dominer… Mais, d’autre part, à l’heure où il juge son œuvre personnelle près d’être achevée, nul ne contestera au rénovateur des Jeux Olympiques le droit de demander qu’une faveur exceptionnelle soit faite à sa ville natale, Paris, où fut préparée par ses soins, et solennellement proclamée, le 23 juin 1894, la reprise des Olympiades. Je veux donc, loyalement, vous prévenir, mes chers collègues, que lors de notre prochaine réunion, je ferai appel à vous afin qu’en cette grande circonstance vous me consentiez le sacrifice de vos préférences et de vos intérêts nationaux et que vous acceptiez d’attribuer la ixe Olympiade à Amsterdam et de proclamer Paris siège de la viii» (Pierre de Coubertin, Mémoire olympiques, Lausanne, Bureau
international de pédagogie sportive, 1931 pp. 165-166).

Candidature du Comité olympique français © Archives du Comité international olympique

 Devant la déception du comité américain pour la ville de Los Angeles, le représentant Kirby « déclare que Los Angeles demeure à la disposition du Comité pour le cas où des événements imprévus rendraient impossible au dernier moment la célébration de la VIIIe Olympiade à Paris. Ainsi, le nouveau Monde demeure à la disposition de l’Ancien Monde pour le service des intérêts sportifs communs » (Procès-verbal de la Session du CIO, p. 11).

Il faut souligner qu’en septembre 2017, à la 131e Session de Lima (Pérou) la situation est identique avec une double attribution : XXXIIIe olympiade à Paris 2024 ; XXXIVe Olympiade à Los Angeles 2028.

Il est important de signaler qu’en mars 1922, à la suite des nombreuses tracasseries administratives, « le Comité olympique français dut envisager un moment l’éventualité de renoncer à sa tâche » (Pierre de Coubertin, Mémoires olympiques, Lausanne, Bureau international de pédagogie sportive, 1931 p. 175), et de proposer l’organisation de l’Olympiade aux Américains. Coubertin « […] savait, en sous-main, que Los Angeles était prête à suppléer la défaillance de Paris » (Y. P. Boulogne, « Les présidences de Dimitrius Vikelas (1894-1896) et de Pierre de Coubertin (1896-1925) », sous la dir. de Raymond Gafner, 1894-1994. Un siècle du Comité international olympique. L’idée, les présidents, l’œuvre, Vol. I, Lausanne, Comité International Olympique, 1994, p. 176).

Finalement, à la demande du Président de la République, Alexandre Millerand, le gouvernement français facilita sa mise en place.  

Le 23 mars 1923, le Comité olympique français adresse aux 52 nations les invitations pour participer aux Jeux de Paris qui se tiennent du 4 mai au 27 juillet.

Le Comte Justinien de Clary (Président du Comité olympique français et du Comité national des sports) et Gilbert Peycelon sont nommés respectivement Commissaire général et Délégué du Gouvernement.

 

Crédits images :

Le comité international Olympique sortant du ministère des Affaires Etrangères où il vient d’être reçu par M. Poincaré, photographie de presse,Agence Meurisse, 1922 © Gallica/BnF

Print Friendly, PDF & Email
Retour en haut